Jésus, sa vie et son ministère (7)

Échec au tyran

joseph-et-marie-retourne-en-israel

Pourquoi Joseph réveille-t-il Marie au beau milieu de la nuit ? Il lui en donne la raison : « L’ange de Javhé vient de m’apparaître. Il m’a dit de vous prendre, toi et l’enfant, et de fuir en Egypte, parce que Hérode va rechercher Jésus pour le tuer. »

Ils s’enfuient donc tous les trois. Il est temps, car Hérode a appris que les astrologues se sont joués de lui et ont quitté le pays. Rappelez-vous, ils auraient dû venir l’informer une fois qu’ils avaient trouvé Jésus. Hérode est furieux. Alors, afin de faire périr Jésus, il ordonne qu’on supprime tous les garçons âgés de deux ans et au-dessous à Bethléhem et dans le territoire de la ville. Il a fixé cette tranche d’âge d’après les renseignements que lui ont fournis les astrologues.

Le massacre de tous ces petits garçons est quelque chose d’horrible. Les soldats pénètrent dans une maison après l’autre et arrachent les petits garçons des bras de leurs mères. Nous ne savons pas combien d’enfants ils ont ainsi tués, mais les pleurs et les lamentations de ces mères accomplissaient une prophétie biblique de Jérémie, prophète de Dieu.

Entre-temps, Joseph et sa famille sont arrivés sains et saufs en Egypte où ils vivent désormais. Mais une nuit, l’ange de Javhé apparaît une nouvelle fois en rêve à Joseph. « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va au pays d’Israël, lui dit-il, car ceux qui cherchaient à le faire mourir sont morts. » C’est ainsi que Joseph et sa famille retournent dans leur pays, ce qui réalise une autre prophétie de la Bible selon laquelle le Fils de Dieu serait appelé hors d’Egypte.

Il semble que Joseph ait l’intention de s’établir en Judée, là où il vivait avant de s’enfuir en Egypte. Mais il apprend qu’Archélaüs, méchant fils d’Hérode, est devenu roi de Judée et, dans un autre rêve, Javhé l’avertit du danger. Joseph et sa famille se dirigent donc vers le nord et s’installent dans la ville de Nazareth. C’est en ce lieu, loin du centre de la vie religieuse juive, que Jésus va grandir.

Mathieu 2: 13-23 ; Jérémie 31: 15 ; Osée 11: 1.

Publicités
Publié dans Jésus sa vie et son ministère, Jésus, sa vie et son ministère | Laisser un commentaire

Jalna de Mazo de la Roche

Extrait de Les Jalna , Tome 1 : La naissance de Jalna, Matins à Jalna, Mary Wakefield, jeunesse de Renny

Jalna

Un visage aussi remarquable que celui d’Adeline était rare, si même il en existait un autre sur la surface de la terre. Sa fraîcheur éclatante suffisait à faire retourner les têtes sur son passage ; sa chevelure épaisse et ondulée, d’un blond roux qui devenait couleur de flammes aux rayons du soleil, accompagnait un teint de lis et de roses, et des yeux bruns changeants ombragés de cils noirs. Cet éclat aurait pu se teinter d’un peu de vulgarité, mais les traits fiers et hardis, les sourcils arqués, le nez aquilin et frémissant, la bouche rieuse, garantissaient la perfection de sa beauté.

Publié dans Extraits de livres | Laisser un commentaire

Jésus, sa vie et son ministère – Le chemin de la vie (39)

maison-sur-le-roc-encouragement-1

LE CHEMIN de la vie est celui de l’adhésion aux enseignements de Jésus. Mais il n’est pas facile à suivre. Les Pharisiens, par exemple, ont tendance à juger durement leurs semblables, et de nombreuses personnes les imitent probablement. C’est pourquoi, dans la suite de son Sermon sur la montagne, Jésus lance cette exhortation : « Cessez de juger, afin que vous ne soyez pas jugés ; car on vous jugera avec le jugement dont vous jugez. »

Il est dangereux de prendre modèle sur les Pharisiens trop critiques. D’après le récit de Luc, Jésus illustre ce danger par ces mots : « Est-ce qu’un aveugle peut guider un aveugle ? Ne tomberont-il pas tous deux dans une fosse ? »

C’est un grave péché que d’être trop critique à l’égard d’autrui, que ce soit en grossissant ses fautes ou en les rappelant sans cesse. Jésus soulève donc cette question : « Comment peux-tu dire à ton frère : « Laisse-moi retirer la paille de ton œil », quand, voici, il y a une poutre dans ton œil à toi ? Hypocrite ! retire d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour retirer la paille de l’oeil de ton frère. »

Cela ne veut pas dire que ses disciples doivent agir sans discernement avec les autres personnes, car Jésus déclare : « Ne donnez pas aux chiens ce qui  est saint, et ne jetez pas vos perles devant les porcs. » Les vérités de la parole de Dieu sont saintes. Elles sont comparables à des perles. Or, si des individus, semblables à des chiens ou à des porcs, n’accordent aucune valeur à ces précieuses vérités, les disciples de Jésus doivent les laisser et chercher ailleurs des oreilles plus réceptives.

Bien que Jésus ait déjà parlé de la prière dans son sermon, il souligne à présent la nécessité d’y persévérer. « Continuez à demander, conseille-t-il vivement, et l’on vous donnera. » Pour montrer que Dieu est disposé à répondre aux prières, Jésus tient ce raisonnement : « Quel est l’homme d’entre vous à qui son fils demande du pain – est-ce qu’il lui remettra une pierre ?(…) Si donc vous, bien que vous soyez méchants, vous savez donner à vos enfants des dons qui sont bons, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui le lui demandent ! »

Puis Jésus énonce une sentence qui est devenue une célèbre règle de conduite, qu’on appelle la règle d’or. Il dit : « Donc, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, vous devez, vous aussi, le faire de même pour eux. » Vivre en accord avec cette règle implique agir de façon positive en faisant du bien aux autres, en les traitant comme on aimerait être traité.

La directive suivante de Jésus révèle que le chemin de la vie n’est pas facile à suivre : « Entrez par la porte étroite ; car large et spacieuse est la route qui mène à la destruction, et nombreux sont ceux qui entrent par elle ; mais étroite est la porte et resserrée la route qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui la trouvent. »

Le risque est grand d’être égaré. Jésus donne donc cet avertissement : « Soyez sur vos gardes avec les faux prophètes qui viennent à vous en vêtements de brebis, mais qui au-dedans sont des loups rapaces. » De même que l’on peut reconnaître les bons et les mauvais arbres à leurs fruits, fait remarquer Jésus, de même on peut identifier les faux prophètes au moyen de leur conduite et leurs enseignements.

Poursuivant son discours, Jésus explique que ce ne sont pas simplement par ce qu’elle dit qu’une personne se montre son disciple, mais par ce qu’elle fait. Certains ont beau prétendre avoir Jésus pour Seigneur, s’ils ne font pas la volonté de son Père, voilà ce que le Christ affirme : « A eux je confesserai (…) : Je ne vous ai jamais connus ! Éloignez-vous de moi, vous qui agissez en hommes qui méprisent la loi. »

Finalement, Jésus prononce la mémorable conclusion de son sermon. Il déclare : « Quiconque (…) entend mes paroles et les met en pratique sera comparé à un homme avisé qui a bâti sa maison sur la masse rocheuse. Et la pluie est tombée à torrents, et les inondations sont venues, et les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, mais elle ne s’est pas effondrée, car elle avait été fondée sur la masse rocheuse.. »

D’autre part, Jésus précise : « Quiconque entend mes paroles et ne les met pas en pratique sera comparé à un homme stupide qui a bâti sa maison sur le sable. Et la pluie est tombée à torrents, et les inondations sont venues, et les vents ont soufflé et ont heurté contre cette maison, et elle s’est effondrée ; et grand a été son écroulement ! »

Quand Jésus achève son sermon, les foules restent ébahies de sa manière d’enseigner, car il les enseigne en personne qui a autorité, et non pas comme leurs chefs religieux.

Matthieu 7:1-29 ; Luc 6:27-49.

Publié dans Jésus sa vie et son ministère, Jésus, sa vie et son ministère, Non classé | Laisser un commentaire

Qu’est-ce que la méditation ?

Mon_Dieu_donne_moi_le_courage_de_changer_les_choses_que_je_peux_changer_la_serenite-43535

Méditation

nom féminin
(latin meditatio, -onis)

Définitions

– Action de réfléchir, de penser profondément à un sujet, à la réalisation de quelque chose : Cet ouvrage est le fruit de ses méditations.
– Attitude qui consiste à s’absorber dans une réflexion profonde : Se plonger dans la méditation.
– Oraison mentale, application de l’esprit à des vérités religieuses.

SYNONYMES :

approfondissement

étude

pensée

recherche

réflexion

spéculation

– Oraison mentale, application de l’esprit à des vérités religieuses.

SYNONYME :

contemplation

(ex : je contemple la nature et tout ce que Dieu a créés)

Citation :

Baruch Spinoza (Amsterdam 1632-La Haye 1677)
L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation, non de la mort, mais de la vie.

En lisant cette définition de « méditation », je ne pense pas que méditer va changer quoi que ce soit sur le monde, mais cela nous changera certainement nous-même, en nous posant calmement et en réfléchissant à ce que nous sommes à ce que nous faisons chaque jour, je médite donc je pense, j’approfondis mes pensées, je réfléchis à ce que j’étudie, ce que je recherche… Finalement, on médite tout le temps… en marchant, en dormant, en travaillant, c’est ma vision « à moi » de la méditation… LOL 

On nous dit que méditer c’est ne plus penser, et dans la définition de « méditer » on nous explique  tout le contraire, je médite donc je pense… à méditer…


 

 

Publié dans Musique, Santé & bien-être, Spiritualité | Laisser un commentaire

Notre Dame de ROMAY en 71 Saone et Loire

En nous promenant à Paray-le-Monial nous avons découvert une petite chapelle, cette chapelle est fort ancienne, même si sa façade a été remaniée au XIXe siècle : sa nef a été construite aux XIe– XIIe siècle et la statue de la Vierge Marie portant l’Enfant Jésus, de couleurs rouge et verte, est elle aussi du XIe siècle.

La Chapelle de Romay

Sanctuaire mariale et oratoire médiéval

IMG_0125

La partie la plus ancienne de cette chapelle date du XIIe siècle. La première chapelle servit de petit oratoire près de la carrière de pierre lors de la construction de la Basilique. Au XIXe siècle, elle est utilisée comme chapelle à répit, dont témoignent les nombreux ex-votos. Près de la chapelle, on trouve la fontaine réputée miraculeuse pour les maladies des yeux.

IMG_0119

Miraculeusement retrouvée et préservée, de nombreux miracles sont attribués à sa dévotion. Notre-Dame de Romay fut couronnée sur décision du pape Léon XIII le 17 juillet 1896.

De nombreux miracles ont eu lieu par l’intercession de Notre-Dame de Romay, chère au cœur des charolais.

IMG_0120

Prière à Notre Dame de Romay

IMG_0123

Ô Marie, Notre Dame de Romay,

Nous nous tournons vers vous qui êtes notre Mère,

Sous votre manteau se réfugient ceux qui sont dans la peine et les épreuves,

Pour que vous les aidiez, les réconfortiez et les souteniez,

Pour nous et pour tous ceux que nous vous confions,

Soyez la Mère de Miséricorde, humble, pauvre et pure.

Devant nous, montrez-nous le chemin,

à nos côtés donnez-nous votre bras,

derrière-nous n’oubliez aucun de vos enfants,

Accueillez notre prière et présentez-la à votre fils Jésus.

Amen

Publié dans Prières, Spiritualité | Laisser un commentaire

DES ANCIENNES PROPHÉTIES BIBLIQUES

J’ai fait cet article à l’aide du lien ci-dessous, je vous ai rajouté un bout de la prophétie de Daniel, tout nous décrit, par tous les événements qui se passent dans le monde que nous sommes dans les temps de la fin, mais pas comme certains veulent nous l’expliquer… car Dieu seul sait, son dessein n’est connu que de lui-même… ni de Jésus, ou Michel, son fils premier né, celui avec lequel il a tout créé… Jésus a dit : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le fils, mais le Père seul. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. »

https://www.mondedemain.org/revues/2012/avril-juin/les-temps-de-la-fin

les temps de la fin

Avant Son ascension, Jésus a promis à Ses disciples : « Je reviendrai » (Jean 14 :3). De nombreuses prophéties dans l’Ancien Testament (Daniel 2 :44-45 ; Zacharie 14 :4, 9) et les déclarations de Jésus dans le Nouveau Testament (Matthieu 24 :30 ; Marc 13 :26 ; Luc 21 :27) annoncent clairement Son retour. Lorsque Ses disciples Lui demandèrent : « Quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » (Matthieu 24 :3), Jésus énuméra une série d’événements qui marqueraient les temps de la fin et indiqueraient que Son retour est proche.

Parmi ces événements prophétiques, précédant Son retour et annonçant la fin de la présente époque – décrits dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21 – nous lisons qu’il y aura une séduction religieuse universelle et une montée des formes militantes de religion, des guerres et des bruits de guerre caractérisés par des conflits ethniques et internationaux, des sécheresses, des famines, des incendies, des inondations, des tremblement de terre et autres catastrophes similaires ainsi que des épidémies à l’échelle mondiale.
La Bible appelle « le commencement des douleurs » cette époque de catastrophes dont la gravité et la fréquence seront de plus en plus grandes, une époque unique dans toute l’histoire humaine (Matthieu 24 :8, 21). Ces événements funestes provoqueront souffrance et mort généralisées – sur un quart de la terre (Apocalypse 6 :8). Seul le retour de Jésus-Christ empêchera les êtres humains de se détruire et d’anéantir toute vie sur la planète (Matthieu 24 :21-22).

LES ÉVÉNEMENTS ACTUELS
La plupart des critiques laïcs méprisent les prophéties et considèrent la Bible comme un recueil de fables. De nombreux théologiens insinuent même que les prophéties bibliques ne sont que des concepts spirituels sans rapport avec les événements réels. Mais un tel raisonnement revient à fermer les yeux sur la réalité ! Nous vivons aujourd’hui dans un monde plongé dans une séduction religieuse universelle. Des centaines de sectes et dénominations se revendiquent « chrétiennes », malgré un enseignement divergent et des idées contradictoires. Bon nombre de prétendus « chrétiens » célèbrent des fêtes d’origine indiscutablement païenne, comme Noël et les Pâques, qui n’ont jamais été observées par Jésus et les apôtres et que la Bible condamne (Deutéronome 12 :29-31 ; Jérémie 10 :2). Beaucoup de soi-disant « chrétiens » pensent que leur âme ira au ciel après leur mort en attendant d’être réunie avec leur corps. Pourtant la Bible déclare que, Jésus excepté, « personne n’est monté au ciel » – pas même le roi David (Jean 3 :13 ; Actes 2 :29-34).

Des laïcs ont prédit depuis longtemps que la religion perdrait de son intérêt à mesure que la société deviendrait plus moderne et scientifique. De fait, les effectifs des principales confessions « chrétiennes » ont fortement chuté ces dernières années. Pourtant, les dernières décennies ont connu une renaissance de certaines formes de religion à l’échelle mondiale, notamment la montée d’un islam radical avec de nouvelles menaces de conflits inter-religieux.
Des organisations mondiales ont été créées pour garantir la paix dans le monde. La Société des Nations fut un échec, et les Nations unies ne connaissent pas plus de succès. Malgré tous les efforts déployés par l’humanité, le 20ème siècle fut le plus sanglant de toute l’Histoire. Les observateurs se demandent maintenant ce qui provoquera la prochaine guerre mondiale. Les bouleversements dans le monde arabe mèneront-ils des groupes islamiques radicaux au pouvoir et déclencheront-ils une autre guerre au Moyen-Orient, qui entraînerait dans le conflit des nations extérieures à la région ? Les problèmes financiers des nations européennes déclencheront-ils un « tsunami économique » qui réorganiserait la carte politique de l’Europe, et provoquerait des conflits armés dans un système financier mondial dévasté, à l’image des événements des années 1930 après la Grande Dépression ? Les conflits ethniques en Afrique, dans les Balkans et le sous-continent asiatique entraîneront-ils les nations dans une dangereuse agression ?
Toutes ces choses ne sont pas surprenantes, car les conditions mondiales actuelles correspondent clairement aux prophéties de Jésus formulées pour les temps de la fin. Les changements culturels d’une génération moderne et égocentrique nourrissent également des attitudes qui alimenteront le conflit des temps de la fin prophétisé. Comme l’écrit l’apôtre Paul : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux […] calomniateurs […] cruels, ennemis des gens de bien […] aimant le plaisir plus que Dieu » (2 Timothée 3 :1-7) – ce qui dépeint exactement notre âge moderne !

Dans le scénario des temps de la fin, Jésus a décrit des sécheresses, des famines, des incendies, des inondations, des tremblements de terre et autres catastrophes mondiales – des événements que nous observons régulièrement depuis quelques années. Ces avertissements se sont concrétisés dans des tsunamis qui ont ravagé les zones côtières de l’océan Indien, dévasté toute une ville et une centrale nucléaire au Japon. Nous avons eu ces dernières années les éruptions volcaniques en Indonésie, les sécheresses et les inondations record en Australie, en Afrique du Sud et dans le sud-ouest américain, les séismes meurtriers en Turquie et en Chine, les ouragans dévastateurs et les tornades dans le Missouri et dans d’autres régions du monde, les incendies ravageurs en Australie et au Texas – et la liste est encore longue.

La plupart de ces catastrophes sont les pires enregistrées dans les annales depuis un siècle ! Les scientifiques nucléaires aux États-Unis ont récemment réinitialisé leur symbolique « Horloge de la fin du monde » [Doomsday Clock] la rapprochant davantage de minuit, tandis que d’autres préviennent que « le monde est condamné à un climat plus chaud, une météo plus rude, des sécheresses, des famines, une pénurie d’eau, la montée du niveau des mers, la disparition des nations insulaires et l’augmentation de l’acidification des océans ». Leurs prévisions sinistres concordent avec les prophéties des « temps de la fin » énoncées dans la Bible depuis longtemps.

Le Christ nous met aussi en garde contre la menace croissante d’épidémies mortelles. En effet, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde sont frappés par le virus du sida ; de plus en plus de maladies infectieuses, telles que le paludisme, le choléra et la tuberculose, résistent aux médicaments. Ajoutez à ceci le fléau croissant des cancers, des maladies cardiaques, du diabète et autres « maladies de civilisation », et les addictions à l’alcool et aux drogues. De plus, les conditions de vie insalubres et de surpopulation en milieu urbain, ainsi que les déplacements internationaux en avion, ont créé des vecteurs de propagation des germes pathologiques dans le monde entier, en l’espace de quelques heures, rendant possible une propagation des épidémies aux proportions décrites par les prophéties des temps de la fin dans les Écritures !

Dieu, qui inspira et préserva la Bible, nous dit que Lui seul peut annoncer l’avenir et veiller à son accomplissement (Ésaïe 46 :8-10). Ce même Dieu chargea Ses serviteurs d’expliquer les prophéties bibliques et de révéler la signification importante des événements qui font aujourd’hui les titres des journaux (Amos 3 :7 ; 2 Pierre 1 :19-20). Jésus avertit que le monde en général restera insensible à la véritable signification des événements des temps de la fin, mais Il informa Ses disciples : « Quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche […] Prenez garde […] Veillez […] et priez en tout temps, afin que vous ayez la force [que vous soyez trouvés dignes] d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :31-36). Les événements des temps de la fin sont en train de s’accomplir comme jamais auparavant. Pour approfondir ce sujet important, lisez dès à présent notre brochure intitulée Sept raisons pour lesquelles le Christ doit revenir.

Extrait du livre de Daniel 12 : 1 – « Et durant ce temps-là se lèvera Michel, le grand prince qui défend les fils de ton peuple. Et, à coup sûr, il surviendra un temps de détresse tel qu’il n’en est pas survenu depuis qu’il existe une nation jusqu’à ce temps-là. Et durant ce temps-là, ton peuple échappera, quiconque sera trouvé inscrit dans le livre. »

2 « Et beaucoup de ceux qui sont endormis dans le sol de poussière se réveilleront, ceux-ci pour la vie de durée indéfinie et ceux-là pour les opprobres et pour l’horreur de durée indéfinie. »

3 « Et les perspicaces brilleront comme l’éclat de l’étendue ; et ceux qui amènent la multitude à la justice, comme les étoiles, jusqu’à des temps indéfinis, oui, pour toujours. »

4 « Et quant à toi ô Daniel, rends secrètes les paroles et scelle le livre, jusqu’au temps de la fin. Beaucoup erreront ça et là, et la vraie connaissance deviendra abondante. »

5 Et moi Daniel, je vis, et voici : deux autres se tenaient là, l’un sur cette rive-là du fleuve. »

6 Alors l’un d’eux dit à l’homme vêtu de lin qui était au-dessus des eaux du fleuve : « Combien de temps jusqu’à la fin des choses prodigieuses ? »

7 J’entendis alors l’homme vêtu de lin qui était au-dessus des eaux du fleuve, lorsqu’il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche et jura par Celui qui est vivant pour des temps indéfinis : « Ce sera pour un temps fixé, des temps fixés et une moitié. Et dès qu’on aura achevé de fracasser la force du peuple saint, toutes ces choses prendront fin. »

8 Or, quant à moi, j’entendis, mais ne ne compris pas ; de sorte que je dis « Ô mon Seigneur, quelle sera la période finale de ces choses ?. »

9 Et il dit : « Va Daniel, car les paroles sont rendues secrètes et scellées jusqu’au temps de la fin. »

10 Beaucoup se purifieront et se blanchiront et seront affinés. Et assurément les méchants agiront méchamment, et aucun méchant ne comprendra ; mais les perspicaces comprendront.

11 « Et depuis le temps où aura été supprimé le sacrifice constant et où aura été mise en place la chose immonde qui cause la désolation, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours.

12 « Heureux celui qui reste dans l’attente et qui arrive aux mille trois cent trente-cinq jours !

13 « Et quant à toi, va vers la fin ; et tu te reposeras, mais tu te lèveras pour ton lot à la fin des jours. »

Publié dans Jésus sa vie et son ministère | Laisser un commentaire

Jésus, sa vie et son ministère – La prière et la confiance en Dieu (38)

les oiseau du ciel selon Jésus

Dans la suite de son sermon, Jésus condamne l’hypocrisie des hommes qui font l’étalage de leur prétendue piété. ‘Quand tu fais des dons, dit-il, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites.’

« Et quand vous priez, poursuit Jésus, vous ne devez pas être comme les hypocrites ; car ils aiment prier en se tenant debout dans les synagogues et aux coins des grandes artères, pour être vus des hommes. » Il enseigne plutôt ceci : « Quand tu pries,entre dans ta chambre particulière, et, après avoir fermé la porte, prie ton Père qui est dans le secret. » Jésus ne condamne pas les prières publiques puisque lui-même en a prononcées. Ce qu’il dénonce, ce sont les prières dites dans le but d’impressionner les auditeurs et de s’attirer leurs compliments admiratifs.

Jésus donne ensuite ce conseil : « Quand vous priez, ne rabâchez pas comme les gens des nations. » Il ne veut pas dire que la répétition est mauvaise en soi. En une certaine occasion, il a personnellement utilisé « la même parole » à plusieurs reprises dans ses prières. Mais ce qu’il désapprouve, c’est de ‘rabâcher’ des phrases apprises par cœur, comme le font ceux qui égrènent des chapelets en répétant machinalement leurs prières. 

Pour aider ses auditeurs à prier, Jésus leur propose une prière modèle qui se compose de sept demandes. Les trois premières, comme il se doit, mettent en valeur la domination de Dieu et ses desseins. Il s’agit de requêtes pour que le nom de Dieu soit sanctifié, que son Royaume vienne et que sa volonté se fasse. Les quatre autres sont des requêtes d’ordre personnel : pour recevoir la nourriture quotidienne, obtenir le pardon des péchés, ne pas être tenté au delà de ce que l’on peut supporter et être délivré du méchant.

Puis Jésus parle du piège qui consiste à accorder une valeur excessive aux biens matériels. Il lance cette exhortation : « Cessez de vous amasser des trésors sur la terre, où la mite et la rouille rongent, et où les voleurs percent et dérobent. » Non seulement de tels trésors sont périssables, mais ils ne donnent aucun mérite aux yeux de Dieu.

C’est pourquoi Jésus déclare : « Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel. » On y parvient en mettant le service de Dieu à la première place dans sa vie. Personne ne peut enlever le mérite ainsi gagné devant Dieu, ni la grande récompense que ce mérite procure. Jésus ajoute : « Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. »

Parlant encore du piège du matérialisme, Jésus dit cette illustration : « La lampe du corps, c’est l’oeil. Si donc ton œil est simple, tout ton corps sera lumineux ; mais si ton œil est méchant, tout ton corps sera enténébré. » L’œil qui fonctionne convenablement est pour le corps comme une lampe allumée dans un lieu sombre. Mais pour voir correctement, l’oeil doit être simple, c’est-à-dire qu’il doit se fixer sur un seul objet. Un œil vagabond amène à avoir une mauvaise appréciation des choses à mettre les désirs matériels avant le service de Dieu, ce qui rend tout le « corps » enténébré.

Jésus montre toute l’acuité de cette question au moyen d’une puissante illustration : « Personne ne peut servir deux maîtres en tant qu’esclave ; ou bien, en effet, il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et la Richesse en tant qu’esclaves. »

Après avoir énoncé cette vérité, Jésus certifie à ses auditeurs qu’ils n’ont aucune raison de s’inquiéter de leurs besoins matériels s’ils mettent en premier le service pour Dieu. « Observez attentivement les oiseaux du ciel, dit-il, car ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni ne recueillent dans des magasins : cependant votre Père céleste les nourrit. » Il pose alors cette question :

« Ne valez-vous pas plus qu’eux ? »

Puis Jésus s’intéresse aux lis des champs et fait remarquer que « pas même Salomon, dans toute sa gloire, n’a été vêtu comme l’un d’eux. Si donc, continue-t-il, Dieu habille ainsi la végétation des champs, (…) ne vous habillera-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? »

Jésus conclut par ces propos : « Ne vous inquiétez pas, en disant : ‘Qu’allons-nous manger ?’ ou : ‘Qu’allons-nous boire ?’ ou : ‘De quoi allons-nous nous vêtir ? » Car votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses. Continuez donc à chercher d’abord le royaume et Sa justice, et toutes ces choses vous seront ajoutées. »

Matthieu 6:1-34 ; 26:36-45

Publié dans Jésus sa vie et son ministère, Jésus, sa vie et son ministère | Laisser un commentaire

Le cri de l’âme (poésie d’A. de LAMARTINE)

IMG_0105

Le château d’Alphonse de LAMARTINE à POINT 71

Le cri de l’âme

Quand le souffle divin qui flotte sur le monde
S’arrête sur mon âme ouverte au moindre vent,
Et la fait tout à coup frissonner comme une onde
Où le cygne s’abat dans un cercle mouvant !

Quand mon regard se plonge au rayonnant abîme,
Où luisent ces trésors du riche firmament,
Ces perles de la nuit que son souffle ranime,
Des sentiers du Seigneur innombrable ornement !

Quand d’un ciel de printemps l’aurore qui ruisselle
Se brise et rejaillit en gerbes de chaleur,
Que chaque atome d’air roule son étincelle,
Et que tout sous mes pas devient lumière ou fleur !

Quand tout chante ou gazouille, ou roucoule ou bourdonne,
Que d’immortalité tout semble se nourrir,
Et que l’homme, ébloui de cet air qui rayonne,
Croit qu’un jour si vivant ne pourra plus mourir !

Quand je roule en mon sein mille pensers sublimes,
Et que mon faible esprit, ne pouvant les porter,
S’arrête en frissonnant sur les derniers abîmes,
Et, faute d’un appui, va s’y précipiter!

Quand, dans le ciel d’amour où mon âme est ravie,
je presse sur mon coeur un fantôme adoré,
Et que je cherche en vain des paroles de vie
Pour l’embraser du feu dont je suis dévoré !

Quand je sens qu’un soupir de mon âme oppressée
Pourrait créer un monde en son brûlant essor,
Que ma vie userait le temps, que ma pensée
En remplissant le ciel déborderait encor !

Jéhova ! Jéhova ! ton nom seul me soulage!
Il est le seul écho qui réponde à mon coeur!
Ou plutôt ces élans, ces transports, sans langage,
Sont eux-mêmes un écho de ta propre grandeur!

Tu ne dors pas souvent dans mon sein, nom sublime !
Tu ne dors pas souvent sur mes lèvres de feu :
Mais chaque impression t’y trouve et t’y ranime,
Et le cri de mon âme est toujours toi, mon Dieu !

Publié dans poésies | Laisser un commentaire